La pomme de terre Pompadour

Cette variété fondante, de forme oblongue, joue un rôle intéressant sur le plan nutritionnel. Avec son apport en glucides et vitamines (C, B1, B2, B6), elle facilite la digestion et prévient les coups de fatigue. Les sportifs peuvent trouver en elle un substitut intéressant aux pâtes.
Par ailleurs, la pomme de terre Pompadour est riche en minéraux (magnésium, potassium), qui favorisent l’absorption du calcium par les os et contribuent à une bonne santé bucco-dentaire, tout en réduisant la sensibilité au stress.

Elle contient une belle quantité d’oligo-éléments, surtout du fer, ce qui fait d’elle un ingrédient indispensable pour contrer les anémies et décupler les performances intellectuelles liées à la mémoire.

La petite histoire

Croisement naturel entre la pomme de terre Roseval et la rustique BF15, elle est née en 1992 à Bretteville-du-Grand-Caux, en Seine-Maritime.
Variété classée Label Rouge depuis 2001, elle est cultivée uniquement en Picardie par cinq producteurs.
Elle tient son nom de la marquise de Pompadour, symbole de plaisir puisqu’elle a été l’une des favorites de Louis XV.

  • Comment les choisir ?
    En barquette en bois, en bourriche, de même calibre et dépourvues de taches et de germes.
  • Comment les conserver ?
    Plusieurs mois à l’abri de la lumière, dans un endroit sec et frais mais non froid: elles gèlent à partir de 0°C.
  • Comment les cuisiner ?
    * Sur une pâte feuilletée, avec des oignons et du lard.
    * En salade, avec de l’huile et du hareng fumé.
    * Vapeur, pour accompagner un bœuf bourguignon ou un curry de lotte.
    * En purée ou gratin, mélangées à du potiron et du comté.
    * En tortilla, avec des poivrons, du jambon ibérique et la tomme des Pyrénées.
    * En chips, parsemées de sel marin, de paprika ou de curry.
    * Rôties ou rissolées pour accompagner gibiers ou agneau.
    * En pancakes, aux éclats de châtaignes.

Cultivez la Pompadour !

La pomme de terre Pompadour est de forme oblongue et de taille moyenne, sa chair est fine et sa peau, d’un beau jaune légèrement cuivré hérité de la teinte rouge de sa mère Roseval. Elle est cultivée en Picardie, notamment dans les terres sablonneuses …

Articles similaires