Le chou blanc

Sous sa couleur vert pâle et ses feuilles serrées en boule, se cachent un maximum de nutriments nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. À commencer par une belle quantité de vitamines.

En effet, 100 g de chou blanc contiennent 44.5% des besoins quotidiens en vitamine C, qui donne tonus et renforce le système immunitaire. Mais il apporte aussi de la provitamine A, nécessaire à la vision nocturne, et des vitamines B9 et B6, recommandées aux personnes anémiées, aux femmes enceintes et aux enfants en période de croissance.

Par ailleurs, le chou blanc contient une belle quantité de manganèse, un puissant antioxydant qui ralentit le vieillissement de la peau et lutte efficacement contre le stress.

En plus du calcium , bon pour la santé des os, il contient du potassium qui régule la pression artérielle. Enfin, grâce à sa bonne densité en fibres, le chou blanc facilite le transit intestinal.

Dérivé du chou en branche, il a été implanté en Grèce grâce au roi Lycurgue qui, agacé de voir ses sujets saouls, aurait remplacé les plants de vigne par des choux blancs. À la Renaissance, Catherine de Médicis l’appréciait et fit importer une multitude de variétés en France. Sous Louis XV, ils servaient aussi à décorer les jardins.

  • Comment le choisir ?
    Avec des feuilles extérieures fermes et lisses.
  • Comment le conserver ?
    Environ une semaine dans un endroit frais et aéré, ou bien cinq jours dans le bac à légumes du réfrigérateur.
  • Comment le cuisiner ?
    * En salade, émincé finement et assaisonné de vinaigre de riz, d’huile et de graines de sésame.
    * Farci de viande de bœuf hachée, de poitrine fumée, d’oignons, de câpres , cuit à la cocotte.
    * En coleslaw, avec des carottes râpées, de la mayonnaise, du yaourt nature et une pincée de sucre en poudre.
    * En fondue, dans du beurre avec des lardons, des oignons, de la muscade râpée et beaucoup de poivre.
    * En potée, avec des saucisses ou de la viande mijotée.
    * En choucroute, fermenté, servi avec de la cochonnaille.